Des Dragons sans feu, mais des Aigles avec panache

  \ 
crédit photo: 20minutes.fr
crédit photo: 20minutes.fr

On a eu droit aux deux extrêmes cette semaine en Europe pour les deux seuls clubs portugais encore en lice.

Le FC Porto a terriblement déçu lors du match retour à Malaga, ne démontrant aucun désir de combattre dans l’adversité. Il s’agissait du match le plus important de la saison pour les Dragons, et il s’est avéré être la pire performance de l’année. Il faut dire que les blessures aux grandes stars du club n’ont pas aidé, alors que James Rodriguez n’était pas assez en forme pour être titulaire, et que Joao Moutinho devait jouer même s’il n’était pas rétabli à 100%. Defour a dû remplacer Rodriguez à l’aile, lui qui joue plutôt comme milieu offensif habituellement. Il reprendra sa position de prédilection à la mi-temps, lorsque Moutinho a dû baisser pavillon au profit de Rodriguez.

Si Porto a tout de même bien entamé le match, vers la demi-heure on a vraiment senti que c’était Malaga qui prenait le contrôle. Lorsque Defour s’est vu montrer un carton rouge vers la 50e, les chances de voir Porto s’en sortir se sont incroyablement amincies. La défense a été résiliente, certes, mais rien d’autre ne fonctionnait, et on a vu pour le restant du match un FC Porto bien différent de ce qu’ils nous ont habitués depuis le début de la campagne. Le jeu de passe soudainement pauvre, des joueurs à bout de souffle. Un match à oublier pour les partisans des Dragons, qui voient leur joyeuse allégresse de la compétition européenne se perdre abruptement dans les méandres de l’air méditerranéen.

Benfica, avec style

Tout le contraire s’est produit au Sud du Portugal, alors que Benfica s’est gaiement procuré un billet pour les quarts de finale en Europa League. Ils ont disposé de Bordeaux sur un score de 3-2 hier, portant la marque totale à 4-2 pour les Lisboètes.

Si le Benfica traînait une victoire de 1-0 acquis sans style à l’Estadio Da Luz (leurs partisans ont même hués leurs joueurs au sifflet final tellement la performance avait été médiocre), ils ont vraiment saisi leur opportunité au match retour à Bordeaux. Avec l’aide de deux belles finitions du Paraguayen Oscar Cardozo, qui sont survenus de façon particulièrement opportune, juste après que Bordeaux ait eux-mêmes trouvés le fond du filet, les Aigles ont littéralement pris leur envol.

Ces deux victoires sont non seulement importantes pour le Benfica en tant que club, mais aussi pour le soccer portugais en général. L’élimination de Bordeaux par les Lisboètes signifie donc que l’écart entre la France (11.416) et le Portugal (10.583) au niveau de l’indice UEFA se rétrécit. Une élimination du PSG en quarts de finale de la Ligue des Champions ferait probablement passer le Portugal devant la France, s’échangeant ainsi la 5e et la 6e place.

Le schéma de la Liga a changé

Il y a quelques semaines, j’écrivais ici même à quel point le FC Porto et le Benfica connaissaient des saisons de rêve, les deux se retrouvant confortablement perchés au sommet du classement de la Liga portugaise. Ils étaient même bien installés en compétition européenne.

Depuis, la situation a quelque peu changé. Porto a échappé deux points à Lisbonne contre le Sporting lors de la 21e journée, tandis que Benfica a continué sa séquence de victoires avec un bon trois points contre Beira Mar. Le Benfica est donc présentement seul en tête pour la première fois de la saison, et affrontera en fin de semaine un Vitoria Guimarães (6e) à ne pas prendre à la légère. Quant à Porto, il se frottera à un Maritimo (7e) qui constitue lui aussi un test de taille.

On peut insinuer que chacun devrait sortir de cette 23e journée avec tous les points possibles. En fait, de la façon dont la saison s’est déroulée jusqu’à présent, une seule date doit être encerclée. Le 5 mai prochain, tout le Portugal sera immobilisé devant ses téléviseurs. Le dernier O Classico de la saison, un seul match avant la fin de la campagne. À l’heure qu’il est, tout est en place pour un clash des plus spectaculaires, comportant un des enjeux les plus grands des dernières années. Car ce match sera probablement celui qui décidera de tout.