Torino FC : Le taureau mythique

  \ 

Roma Torino

Pour cette 11ème journée de championnat, je suis allé au Stadio Olimpico de Turin,  stade central des Jeux Olympiques de 2006 à Turin, pour voir le match entre Torino FC et l’AS Roma. Match qui qui s’est soldé par un match nul de 1 à 1 (Cerci 63’-Strootman 28’), une très belle prestation de l’équipe locale qui a stoppé un visiteur sur une belle lancée. Les Romains voulaient en effet augmenter leur série victorieuse record à 11 pour égaler le Tottenham édition 1960-61 qui détient toujours le record européen.

Quand on parle du championnat italien Série A souvent on fait référence au big4 : Juventus, AC Milan, Internazionale et Roma. Cependant, il ne faut pas oublier que parmi les clubs  plus titrés du championnat italien on retrouve le Torino FC. Fondée en 1906 cette équipe mythique surnommé « Granata » a participé à plus de 86 championnats de Série A, le remportant 7 fois et ajoutant 5 coupes d’Italie à son palmarès.

C’est donc un des clubs les plus importants de l’histoire du Calcio. Le Torino FC est vraiment l’équipe qui représente le citoyen turinois moyen, beaucoup plus que sa grande rivale, la Juventus, où chaque année la ville de Turin est divisée de façon sportive durant le fameux Derby della Molle.

Le Torino FC est vraiment emblématique pour les turinois et ça transparaît dans la culture populaire turinoise, où plusieurs films et chansons en font l’éloge de ses succès. Alors, en voyant la tribune « Maratona », remplie au maximum de sa capacité, encourageant son équipe entre drapeaux, chants et fumigènes on comprend vite que l’on n’est pas là pour voir une simple équipe de Série A.

En ce moment le succès du Torino FC  repose sur un seul joueur, le milieu offensif Alessio Cerci. Issu du centre de formation de la Rome, ses débuts professionnels seront assez difficiles et il sera prêté à plusieurs reprises. Bien qu’il ait joué sur toutes les équipes juvéniles de l’équipe Nationale italienne, il n’obtiendra par les départs souhaités à la Rome, en jouant seulement 19 parties.

En 2010 il est transféré à la Fiorentina. C’est à ce moment que l’on verra toute sa rapidité et ses prouesses balle au pied. Il marquera 12 buts en 47 matches, ce qui est très acceptable pour un milieu opérant sur l’aile droite. Par contre, il faut dire que son caractère bad boy et ses nombreux commentaires à l’endroit de la Direction florentine, l’enverront plus souvent qu’autrement dans les gradins. À la saison 2012-13, il sera finalement vendu au Torino FC. Avec les Granata, il devient rapidement le joueur emblématique du Club où même l’entraineur Cesare Prandelli l’appellera pour ses débuts avec la squadra Azzura pour la Coupe des Confédérations de 2013.

Je l’ai vu à l’œuvre dimanche dernier contre la Rome. Ses accélérations sur le côté droit sont dévastatrices, même contre une Rome qui peut compter sur des joueurs expérimentés et rapides. On pourrait faire une comparaison entre Cerci et Robben du Bayern, pour leur façon similaire à rentrer, par le côté droit, dans la surface en contrepied et effectuer des tirs dévastateurs. À l’image de son club, il se démène comme un taureau. Un autre qui fera sûrement partie de la Squadra Azzurra en vue de la Coupe du Monde au Brésil cet été.