Partenariat de développement entre Newell’s et Bordeaux

  \ 

newells bordeaux

Le club argentin Newell’s Old Boys de Rosario, alma mater d’Hernan Bernardello, et le les Girondins de Bordeaux signeront un pacte institutionnel de développement de joueurs, lundi. 

Cette entente est en quelque sorte une évolution du projet Crecer (Grandir), que le club français a implanté il y a plus de dix ans à San Francisco, dans la province de Cordoba, créant ainsi le premier centre de perfectionnement de talent au pays.

Des joueurs de 10 à 17 ans qui passent chaque année par le centre, Newell’s en choisira cinq pour les intégrer à ses divisions inférieures. Parmi ces 5, Bordeaux en choisira ensuite un qui continuera son développement au sein du club, en France.

Sur le plan financier, le club de Rosario est propriétaire de 60 à 70% du transfert des joueurs qui évolueront sous leurs couleurs et 30 à 40% de ceux qui sont repêchés par les Girondins.

Dans le contexte économique global actuel et avec la croissance exponentielle des marchés-soccer, ce type d’entente est de plus en plus répandu. On n’a qu’à penser à celle entre la MLS et plusieurs clubs brésiliens, qui a pour but non seulement le développement de joueurs, mais aussi une éventuelle pénétration de cet énorme marché par le circuit Garber.

À quand un investissement de la sorte signé Saputo en Amérique du Sud? Au niveau institutionnel, l’entreprise familiale a déjà de bonnes assises en Argentine, où elle compte quelques usines. Même son de cloche sur le plan sportif, l’Impact ayant toujours bien pris soin d’entretenir son filon argentin.

Je ne suis pas un crack de la finance, mais il me semble que ce type d’investissement s’inscrirait parfaitement dans le plan moyen/long-terme de Joey Saputo, après avoir construit un centre d’entraînement digne de ce nom dans le grand Montréal.