Le Portugal, ce grand marchand de talent

  \ 


Qu’ont en commun Radamel Falcao, Hulk, Cristiano Ronaldo, Angel Di Maria et Javi Garcia à part d’être parmi les meilleurs footballeurs du monde? Ils sont tous passés par le Portugal avant de devenir des stars du football mondial.

En effet, depuis près de 10 ans le Portugal tend à s’imposer de plus en plus comme l’une des plaques tournantes dans le recrutement et dans le développement de nouveaux talents et ce grâce à ses trois plus grands clubs le FC Porto, le S.L Benfica et le Sporting Clube Portugal. Si les deux premiers se distinguent par leur capacité à toujours recruter de nouveaux talents, le troisième a su établir sa renommée grâce à son académie qui se positionne parmi les meilleures du monde,  au même titre que la célèbre Masia du FC Barcelone.

D’abord, pour ce qui est du FC Porto, l’illustration indéniable de sa capacité de recrutement et de développement, se retrouve dans ses livres comptables. En effet, ce club excelle dans l’art de recruter de jeunes joueurs prometteurs dans des championnats hors Europe, principalement en Amérique du Sud, pour ensuite les transformer en joueurs vedettes, qui contribueront grandement aux performances du club. Après quelques saisons dans l’uniforme du Dragão, ces joueurs seront vendus au prix fort à d’autres clubs européens. Les exemples les plus flagrants sont Hulk, recruté lorsqu’il jouait au Japon, pour un montant de 5,5 millions d’euros et revendu pour 40 millions d’euros au Zénith Saint-Pétersbourg, Radamel Falcao acheté pour 3,93 millions d’euros et revendu à l’Atlético Madrid pour 40 millions d’euros et on paut ajouter à cette liste les noms de Lisandro Lopez, Lucho Gonzalez, Bruno Alves, Ricardo Carvalho, João Moutinho et James Rodriguez. Les prochains coups de circuit du FC Porto sont possiblement l’ailier colombien Jackson Martinez, le milieu français Eliaquim Mangala et l’Argentin Juan Manuel Iturbe.

Cependant, pour avoir de si bon joueurs à si bas prix, le FC Porto a eu quelques fois recours à une méthode de transfert, plutôt controversée. La méthode de la  tierce partie (ou triangulation), qui consiste à acheter un certain pourcentage de la valeur d’un joueur et que le reste de la valeur du joueur soit achetée par un investisseur privé. C’est ce qui est arrivé dans le cas d’Hulk où le montant d’achat n’est pas allé dans les poches du club japonais auquel appartenait Hulk mais dans les poches d’un investisseur privé via un obscur club de deuxième division uruguayenne. Un stratagème du même genre a été révélé par la télévision française dans le cas d’Eliaquim Mangala. Bien qu’il soit efficace, ce genre de stratagème peut s’avérer un obstacle à certains transferts notamment dans le cas de João Moutinho qui n’a pu être transféré à Tottenham à cause d’une interdiction du stratagème de la tierce partie en Angleterre.

Pour ce qui est du Benfica, le club lisboète connait, lui aussi, beaucoup de succès grâce au recrutement de jeunes joueurs à l’étranger, qu’il revend, par la suite aux superpuissances européennes. Par exemple, Chelsea a acquis dans les dernières années d’anciens prodiges du Benfica comme David Luiz, Ramires et tout récemment Nemanja Matic, qui a rejoint le club londonien en janvier 2014. On peut aussi lister Angel Di Maria qui joue au Real Madrid, Javi Garcia de Manchester City et Axel Witsel du Zénith Saint-Pétersbourg. Le Benfica a également développé des talents locaux, achetant de jeunes joueurs portugais et leur permettant de devenir des joueurs établis afin d’aller rejoindre des clubs étrangers par la suite. On retrouve parmi ces joueurs Fabio Coentrão, Rui Costa ainsi que l’une des étoiles montantes du football portugais l’attaquant Nélson Oliveira. Cette politique de recrutement est excessivement favorable aux deux clubs, qui ont renforcé leur domination, au détriment du troisième club en importance le Sporting Portugal.

Le Sporting Portugal contribue lui aussi à faire du Portugal un eldorado de jeunes talents. Cependant, contrairement à ses deux rivaux le Sporting a fait sa renommée grâce à son académie, l’une des meilleures au monde, qui était celle la mieux représentée à l’Euro 2012, avec 10 de ses gradués évoluant dans le tournoi. En effet, l’académie du Sporting a produit une multitude de joueurs vedettes portugais, notamment, Luis Figo, Paulo Futre, Cristiano Ronaldo, Luis Nani, João Moutinho et Miguel Veloso. De plus, cette même académie continue de produire de jeunes talents comme Bruma, deuxième meilleur buteur de la Coupe du monde U20 en 2013, Cedric Soares et Wiliam Carvalho, la révélation de la saison 2013-2014 de Liga Zon-Sagres. Le Sporting n’est tout de même pas en reste pour ce qui est du recrutement à l’étranger une majorité de son alignement venant de l’extérieur du Portugal, on y retrouve notamment un visage familier pour les partisans de la MLS, le premier buteur du club étant nul autre que Fredy Montero, l’ancien des Sounders de Seattle. Le Sporting, disposant de moins grands moyens que ses rivaux, rivalise d’ingéniosité afin de dénicher de nouveaux talents, ayant signé un partenariat avec la Fédération Indienne de Football afin d’avoir une longueur d’avance sur de nouvelles recrues.

C’est grâce à ses grands clubs que le Portugal a pu s’établir comme un des spécialistes du développement de futures stars du football. En espérant que d’autres clubs comme le  S.C. Braga, Estoril Praia et le C.D. Nacional de Madère montent en puissance afin de venir défier l’ordre établit par les trois géants et ainsi renforcer le développement du football portugais, qui ne fera que s’en porter mieux.