Lorsque les allemands quittent pour l’étranger

  \ 

Lorsque les allemands ont terminé la Coupe du monde 2006 avec une troisième place, on parlait bien-sûr de cette victoire inattendue face au Portugal mais on annonçait surtout le vent de renouveau qui allait s’installer sur la Nationalmannschaft durant les années à venir. Fini l’ère des Ballack, Frings, Neuville, Kahn, et cie. 

Je vous amène sur ce vieux sujet car je me demandais principalement pour quelle raison l’Allemagne est sortie victorieuse de la Coupe du monde 2014 tout en restant parmi les équipes les plus jeunes du tournoi. J’ai fait une petite analyse des trois dernières grandes coupes auxquelles l’Allemagne a pris part, soit les Coupe du monde 2010 et 2014, ainsi que l’EURO 2012.

Pourcentage de joueurs de l’Équipe nationale allemande qui jouaien en Bundesliga lors de :

Coupe du monde 2010 : 100% Euro 2012 : 82,6% Coupe du monde 2014 : 69,6%

Parmi les joueurs évoluant à l’étranger, on en trouve qui ont eu un réel impact lors de la Coupe du monde 2014 : Mertesacker, Khedira, Schurrle, Klose

Il est intéressant de constater que plus les joueurs quittent leur championnat respectif (Bundesliga), mieux l’Allemagne joue. Pure coïncidence, ou fait normal?

Je trouve cette question très intrigante car l’équipe technique reste semblable, le noyau de joueurs importants le reste aussi, mais les autres changent et bougent d’un championnat à l’autre. Mesut Özil par exemple (2010 avec Werder Bremen, 2012 avec Réal Madrid, 2014 Arsenal) a fait 3 équipes en 4 ans mais reste un joueur très talentueux, qui a profité de son passage parmi des grandes équipes pour acquérir une certaine expérience qu’il retransmet en équipe nationale.

Est-ce que le fait qu’Ozil soit continuellement entouré de joueurs-étoile fait de lui un meilleur joueur? A vous d’en juger. (Cela me fait penser à un débat en Allemagne en lien avec David Alaba du Bayern, plusieurs personnalités sportives croient qu’Alaba est seulement bon dû aux gros joueurs qui l’entourent. Si il jouait ailleurs, il serait un joueur moyen, selon eux).

L’Argentine est aussi un bon exemple avec des joueurs s’alignant pour  les grosses écuries en Angleterre , Italie ou en Espagne tout en gardant une certaine quantité de joueurs locaux.

Après plusieurs études des différents alignements de l’Allemagne et de l’évolution des joueurs aux cours des dernières années, je crois qu’il est plus que profitable pour n’importe quelle équipe nationale d’avoir des joueurs qui jouent dans des championnats étrangers, tout en gardant une majorité de joueur locaux. Cela amène une autre dimension du foot, une expertise différente qui peut être bénéfique pour un joueur face à un système de jeu différent.Ça lui amène un certain apprentissage que d’autres joueurs n’ont pas lorsqu’ils restent toujours dans le même club. De plus, il apprend tout au long de sa carrière à jouer avec différents types de footballeurs. Bref, le genre de formation qui n’a pas de prix.