Le 11 partant – 30/08

  \ 
Impact-Montreal-DC-United-MLS-023 (1)
Photo: Pablo A. Ortiz, noticiasmontreal.com
  1. La Drogbamania, un écran de fumée pour cacher des problèmes plus profonds?

Le grand jour est finalement arrivé et Didier Drogba a enfin fait ses débuts dans l’uniforme montréalais en entrant à la 60e minute du match contre l’Union de Philadelphie. Un superbe moment pour tous les partisans réunis au Stade Saputo, dont plusieurs s’étaient déplacés uniquement pour assister à cet instant historique, qui a donné lieu à un tonnerre d’applaudissements. Tout cela est bien beau et tout à fait idyllique, il n’en demeure pas moins que l’entrée de Drogba n’a pas changé grand-chose à l’allure du match. Mis à part un superbe coup franc qui a raté le filet adverse de peu et une combinaison, entre avec Johan Venegas, qui a failli se transformer en but de l’année, il n,a pu empêcher que le tout reste un autre match où l’Impact domine le jeu, mais s’incline tout de même. Or, avec un effectif d’une telle qualité, même en l’absence de Nacho Piatti, les partisans montréalais sont en droit de s’attendre à plus.

Trop souvent les joueurs du onze montréalais décident d’y aller d’efforts individuels et pas nécessairement parce qu’ils sont tous de fins dribbleurs ayant à cœur de voir leur nom dans les jeux de la semaine. Bien au contraire, le majorité de ces joueurs ont été habitués au jeu collectif et savent pertinemment que c’est la voie du succès, mais trop souvent, par manque de communication et/ou de compréhension tactique, ils se résignent à faire avancer le jeu par eux-mêmes. Qui plus est, contrairement à ce que tous les entraîneurs d’équipes juvéniles s’évertuent à enseigner, les joueurs de l’Impact utilisent à outrance, un système de «kick n’ run», qu’on ne doit pas confondre avec une stratégie de jouer la contre-attaque.

En effet, trop souvent les hommes de Frank Klopas balançaient le ballon vers l’avant, avec pour seul espoir que Dominic Oduro ou Piatti le récupèrent et filent droit au but. Cette stratégie pouvait aller de soi lorsque Montréal se retrouvait en Ligue des Champions, à quelques milliers de kilomètres du Québec, face à des équipes excessivement techniques qui possédaient le ballon, alors que le bleu-blanc-noir se contentait de défendre et de survivre. En MLS le portrait est tout autre cependant, l’Impact fait partie des équipes les plus talentueuses et se retrouve parfois à dicter l’allure du match, ce qui est une très bonne chose en soi. Malheureusement, le manque de cohésion et l’absence de philosophie, telle que décriée par Laurent Ciman, amènent les Montréalais à avoir un jeu brouillon et peu de cohésion alors qu’ils sont en plein contrôle du match. Résultat, comme nous avons pu le voir contre Washington et Philadelphie, l’adversaire place un contre, le transforme, se contente de défendre pour le reste du match et finit par l’emporter par la plus petite des marges.

Or suite à une semaine fort difficile pour le club montréalais et à une grogne de plus en plus intenable, exprimée par les supporters et dans les divers médias de la ville, l’Impact a congédié Frank Klopas à la suite de la défaite de 2 à 1 contre le Toronto FC. Mais est-ce là la véritable solution? Il faut dire que Klopas n’a pas été choyé ces derniers temps, l’infirmerie montréalaise déborde et pour ajouter à cela, certains joueurs ont été sous le coup de suspensions. D’autant plus que le recrutement fait par la direction technique montréalaise n’a pas répondu au besoin le plus criant du club soit la faiblesse au milieu de terrain défensif. En effet, ni Johan Venegas, ni Didier Drogba, ne viendront pallier à l’âge de Patrice Bernier, à la fatigue de Marco Donadel ou au manque de confiance de Nigel Reo-Coker.

Même si le football reste une question d’argent et que l’arrivée de Drogba a permis au club de renflouer ses coffres, force est d’admettre que sans un milieu de terrain compétent Montréal aura bien de la difficulté à tenir son rang dans la course aux séries. Pis encore, le congédiement de Klopas est survenu à une heure impossible, ce qui a fait sourciller plusieurs observateurs et anciens joueurs, dont Jack MacInerney, et que Montréal est maintenant rendu avec 4e entraîneur en 4 saisons en MLS, alors que le directeur technique de l’équipe a été sélectionné suite à une seule et unique entrevue.

D’autant plus que contrairement à ce qui a été dit, Nick De Santis a toujours un rôle prépondérant dans l’organisation montréalaise comme nous avons pu le voir lors de la présentation de Didier Drogba. Bref, bien que Klopas ait eu une fiche de 14-28-14 et qu’ultimement il était le moins bon entraîneur que le club ait connu depuis son entrée en MLS, son congédiement n’est que la partie superficielle d’un mal beaucoup plus profond qui afflige la direction de l’Impact de Montréal et qui pourrait sans aucun doute affecter sérieusement la réputation du club (si ce n,est déjà chose faite).

Toutefois, il était évident que Klopas n’avait plus la confiance de ses joueurs, spécialement, celle de ses leaders dont Patrice Bernier et Laurent Ciman, qui n’ont pas hésité à faire part de leur malaise. En ce sens, son congédiement n’est pas dénué de bon sens, mais il faudra beaucoup plus de courage de la part du troisième étage, si Montréal veut s’établir comme une véritable puissance dans la MLS, comme on nous le répète à chaque conférence de presse.

  1. Faux départ pour certaines grandes puissances!

La saison 2015-16 de football est officiellement entamée, les derniers grands championnats qui nÉtaient pas encore en action ont maintenant passé le cap de la première journée et quelle première journée ce fut! Après leurs premières 90 minutes de jeu, certaines équipes se retrouvent déjà dans des situations peu agréables. D’abord, le Real Madrid, qui comptait racheter cette année une campagne 2014-2015 peu glorieuse, a été tenu en échec sur la pelouse du Petit Poucet du championnat le Spoting Gijon.

Récemment promus, les Rojiblancos ont su tenir tête aux assauts répétés des hommes de Rafael Benitez, à l’image du gardien Ivan Cuellar qui a repoussé avec brio les frappes de Cristiano Ronaldo. Les locaux ont même failli causer la surprise lorsque la tête d’Antonio Sanabria s’est écrasée sur la transversale de Keylor Navas. Pour les Madrilènes c’est un coup très dur à encaisser car non seulement ont-ils été blanchis, mais aussi, et surtout ils laissent déjà filer l’Atletico et le Barça, qui ont obtenu quant à eux les trois points. Dans un championnat qui se décide souvent sur le résultat d’un match, le Real s’en voudra d’avoir manqué de réalisme.

Toutefois, lorsque les partisans de la Casa Blanca se comparent, ils peuvent se consoler, car contrairement à ceux de la Juventus, leur équipe ne s’est pas inclinée. En effet, en lever de rideau de la Série A, la Vieille Dame affrontait Udinese et cette dernière n’entendait pas être une proie facile. Les hommes de Massimo Allegri l’ont appris à leurs dépens, alors que les Zebrette les ont défaits 1 à 0 sur la pelouse du Juventus Stadium. Malgré tout, il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure, pour l’instant, du côté des partisans des Bianconeris considérant la marge de 17 points avec laquelle la Juventus à remporter la Série A en 2014-2015.

Toutefois, la Juventus n’est pas seule à connaître des déboires en début de saison. En effet, Galatasaray, le champion en titre, de la première division turque, qui s’est offert un recrutement intéressant cet été en allant chercher Lukas Podolski et José Fernandez, s’est embourbé en début de saison. En effet, ils ont été tenus en échec par Sivasspor, 2 à 2, lors de la première journée avant d’être défait 2 à 1 par Osmanlispor. Il s’agit d’un très mauvais départ pour les coéquipiers de Wesley Sneijder qui devront s’atteler à la tâche afin de suivre la cadence de leurs rivaux de Besiktas et de Fenerbahçe, sans quoi la crise pourrait s’aggraver sur la rive asiatique du Bosphore.

  1. Championnat canadien

Après avoir fait match nul, 2 à 2, la semaine dernière l’Impact de Montréal et les Whitecaps de Vancouver ont pris rendez-vous ce mercredi. La tâche s’annonçait ardue pour les Montréalais qui se déplaçaient à l’autre bout du pays pour y affronter une équipe très en forme, comme en fait foi son classement en MLS. La tâche était d’autant plus compliquée que Didier Drogba, Ignacio Piatti et Patrice Bernier étaient tous trois indisponibles pour le match, en plus d’Hassoun Camara, l’homme des grandes occasions qui avait marqué le but qualificateur contre ces mêmes Whitecaps en 2013. À cette hécatombe s’ajoutait le fait que Vancouver détenait l’avantage au chapitre des buts à l’étranger, ayant fait vibrer 2 fois les cordages lors du match aller à Montréal. C’est donc un effectif remanié que Frank Klopas a envoyé sur la surface du BC Place, avec notamment Nigel Reo-Coker au milieu de terrain. Dès l’entame du match, on voyait que les Montréalais n’affichaient pas la même hargne et la même volonté que leur adversaire, qui contrairement aux hommes de Klopas, jouaient pour l’emporter au lieu de jouer pour assurer le match nul. Qui plus est l’hécatombe est survenue à la 30e minute alors que Victor Cabrera fut expulsé pour un second avertissement. Si la situation allait déjà être corsée, la décision de Klopas de faire descendre Reo-Coker en défense était purement suicidaire. Comme il nous l’a montré en Ligue des Champions, le milieu britannique n’a tout simplement pas la capacité de jouer sur la dernière ligne, multipliant les cafouillages et les jeux hésitants. Au final, ce fut une partie de plaisir pour les locaux qui se sont imposés 2-0, pour ainsi assurer leur qualification pour la Ligue des Champions 2017.

  1. Ligue des Champions de l’UEFA

La semaine passée avaient lieu les matchs aller de la dernière ronde de qualification pour la Ligue des Champions de l’UEFA. Le Shaktar Donetsk a pris la mesure du Rapid Vienne 1 à 0 à l’aller, mais s’est offert une grosse frayeur au retour en annulant 2-2, malgré tout l’équipe ukrainienne poursuit sa route. De leur côté, les Monégasques ont été foudroyés par Valence qui l’a emporté 3 à 1 à domicile et qui s’est qualifié malgré une défaite de 2 à 1dans le match retour. Dans un duel tout à fait équilibré, la Lazio Rome s’est imposée par la plus petite des marges face au Bayern Leverkusen, toutefois la qualification n’était pas chose faite pour les Italiens. En effet, dans le match retour Leverkusen a déroulé tout son arsenal pour l’emporter 3-0 et se qualifier au tour suivant. Quant à Manchester United qui bénéficiait d’un tirage fort avantageux, ces derniers se sont imposés 3 à 1, à domicile, contre Brugge, grâce à une splendide performance de leur nouvelle recrue Memphis Depay. Dans le match retour, les Mancuniens sont venus terminer le travail, avec un tour du chapeau de Rooney, qui a transporté les Red Devils vers une victoire de 4-0 et un laissez-passer pour la phase de groupe. Pour ce qui est du Sporting Portugal, il a vaincu 2 à 1 le CSKA Moscou, sur la pelouse du Stade José Alvalade XXI. Néanmoins, le plus gros restait à faire pour les Portugais qui voyageaient en Russie, cette semaine. Les hommes de Jorge Jesus ont pêché par excès de confiance, si bien que les Moscovites les ont fait payer en l’emportant 3 à 1, reléguant ainsi les Lisboètes à l’Europa League.

Résultats des autres confrontations

Malmö FF – Celtic Glasgow
Aller (Glasgow) : 2 -3 | Retour (Malmö) : 2 – 0

FC Bâle – Maccabi Tel Aviv
Aller (Bâle) : 2-2 | Retour (Tel Aviv) : 1-1

Dinamo Zagreb – Skënderbeu
Aller (Elbasan) : 2-1 | Retour (Zagreb) : 4-1

FC Astana – APOEL Nicosie
Aller (Astana) : 1-0 | Retour (Nicosie) : 1-1

BATE Borisov – Partizan Belgrade
Aller (Borisov) : 1-0 | Retour (Belgrade) : 1-2

  1. Qualifications pour l’EURO 2016 : Petite mise à niveau

Il ne reste que quelques mois avant l’EURO 2016, et la phase de qualifications entre dans sa période la plus critique, à l’aube de la reprise de la compétition. Certaines équipes voudront à tout prix remonter au classement de leur groupe tandis que d’autres s’étant positionnés favorablement voudront à tout prix maintenir leur position.

Dans le groupe A, surprise, l’Islande est aux commandes avec 15 points, alors que la République tchèque vient au second rang avec 13 points. L’équipe favorite du groupe les Pays-Bas, victimes d’un lent début de compétition, pointe au 3e échelon avec 10 points.

Pour le groupe B, la logique est respectée alors que les Gallois dominent avec 14 points alors que la Belgique vient seconde avec 11 points.

Au sein du groupe C, la Slovaquie a surpris tout le monde en prenant la tête avec 18 points, alors que la Roja, la sélection espagnole, n’est que seconde avec une récolte de 15 points.

La situation dans le groupe D est étonnante alors que c’est la Pologne qui est en tête forte d’une performance de 14 points en 6 matchs alors que l’Allemagne est deuxième avec 13 points.

En ce qui a trait au groupe E, la logique est respectée avec l’Angleterre qui a remporté tous ces matchs et a ainsi obtenu 18 points alors que la Suisse vient bonne deuxième avec 12 points.

Pour ce qui est du groupe F, la Roumanie est aux commandes avec 14 points alors que les Nord-irlandais sont seconds avec 13 points. Les Grecs, champions de la compétition en 2004, sont bons derniers avec une maigre récolte de 2 points, autant dire qu’ils sont pratiquement hors course.

Le groupe G voit l’Autriche dominer, elle qui possède 16 points, soit 4 de plus que la Suède sa plus proche rivale. Quant à elle, la sélection de Russie n’est que troisième avec 8 points.

Dans le groupe H, la Croatie est bonne première avec 14 points tandis que l’Italie, la tête de série du groupe, vient en deuxième position avec 12 points.

Le dernier groupe est le groupe I, où le Portugal a pris les rênes fort d’une performance de 12 points alors que le Danemark et l’Albanie pointent à égalité au second rang avec 10 points chacun.

  1. Blatter ou Blanche neige ?

Dans une récente entrevue accordée à la BBC, le président de la FIFA, Joseph «Sepp» Blatter, a déclaré être un homme honnête et que la FIFA n’avait rien à se reprocher en matière de corruption. Il a même osé affirmer qu’«il n’y avait pas de corruption dans le football». Il ajoute aussi dans cette entrevue qu’il ne comprend pas «que les médias du monde affirment que la FIFA est corrompue». Il faut savoir que cette entrevue vient alors que le torchon brûle entre Blatter et Michel Platini, qui est le favori pour succéder à la tête de l’instance suprême du football.

blatter fifa corruption lefooteur

En effet, selon Blatter, Platini l’aurait menacé de l’envoyer en prison s’il ne remettait pas sa démission de la présidence de la FIFA, alors que Blatter aurait, par la suite, discrédité la candidature de Platini en organisant l’envoi d’un document salissant Platini, à divers médias européens. Or, il faut rappeler que sous le règne de Sepp Blatter la FIFA a été secouée par divers scandales, notamment ceux entourant la Coupe du Monde au Qatar et celle en Russie, ainsi que par l’arrestation de plusieurs membres influents de l’organisation, au printemps dernier. À cela s’ajoutent certaines révélations de journalistes d’enquêtes, dont le réputé Andrew Jennings, qui ont révélé que Blatter était dans la mire des autorités américaines.

  1. Michel, sauveur de l’OM

Mauricio Bielsa partit, l’OM était plongé dans une crise rocambolesque, qui a éclaboussé plusieurs personnes dans l’entourage du club phocéen plus spécialement le président Vincent Labrune qui a été pris à partie par Bielsa dans les médias. Or toutes ces distractions ont inévitablement eu un effet sur les performances du club qui s’était déjà incliné 1-0 face à Caen en ouverture du championnat avant de sombrer à nouveau face à Reims, sur un score identique.

Toutefois, la semaine dernière un nouvel entraîneur a été engagé, il s’agit de José Miguel González Martín del Campo, dit Michel, qui a notamment entraîné le FC Séville et l’Olympiakos Le Pirée. L’arrivée d’un nouvel entraîneur a littéralement transformé le visage des Marseillais qui ont atomisé l’ESTAC Troyes, 6 à 0, au Vélodrome, pour enregistrer leur première victoire en 3 journées. Signe que les Marseillais sont sur une pente ascendante, le président, qui veut sûrement sauver son poste, Labrune a annoncé que Marseille pourrait être très actif sur le marché des transferts, notamment en tentant d’aller chercher Lucas Silva en provenance du Real Madrid.

  1. Le fair-play financier commence à faire sentir ses effets!

Plusieurs personnes ont été surprises de voir Mateo Kovacic quitter l’Internazionale pour rejoindre le Real Madrid. Après tout, quel club oserait se départir d’un joueur d’une telle qualité d’autant plus qu’à 21 ans, ses meilleures années sont à venir. Selon l’entraîneur de l’Inter, Roberto Mancini, tout s’explique par les nouvelles règles du fair-play financier, comme il le mentionne dans une savoureuse entrevue sur le site du club.

«Il y a des règles qui doivent être respectées. Je ne pense pas que quelqu’un voulait que         cela se produise, mais nous devons suivre les règles du fair-play financier. Nous en       sommes désolés: moi, le président, les dirigeants et les joueurs eux-mêmes.»
(Traduction Sofoot.com)

Or qu’est-ce que ce fameux fair-play financier. Il s’agit d’un ensemble de règles destinées à assainir les finances des clubs. La principale règle concernant les transferts stipule que les clubs ne peuvent pas dépenser plus de 5M d’euros au-dessus de la valeur de leurs revenus annuels. C’est donc ce pourquoi nous avons assisté ces dernières années à l’émergence d’un nouveau stratagème, celui des prêts payants. Grossièrement, par ce procédé deux clubs s’entendent sur le prêt d’un joueur avec une option d’achat, mais l’équipe qui accueille le joueur en prêt verse à l’autre partie un montant d’argent en échange du prêt. Ce faisant, la valeur de l’option d’achat est donc réduite, car une partie de l’indemnité a été versée pour obtenir le prêt, ce montant n’est pas comptabilisé lors des vérifications des transferts des clubs, seules les indemnités de transfert étant surveillées. Dès lors, lorsque le club utilisera l’option d’achat, il pourra inscrire un montant inférieur à ce qu’il aurait inscrit s’il avait acquis le joueur via un transfert direct. Incidemment, comme il achète ses joueurs à rabais le club acquéreur peut dépenser plus alors que le club vendeur obtient la même valeur de revenus, car les revenus ne sont pas aussi scrupuleusement surveillés. Plusieurs joueurs ont ainsi été transigés de cette façon dont Radamel Falcao et Angel Di Maria, lors de son récent transfert de Manchester United au Paris Saint-Germain.

  1. Excellente semaine pour le football féminin québécois!

Bien que la majeure partie de l’attention médiatique dédiée au football se soit évanouie à la fin de la récente Coupe du Monde, il n’en demeure pas moins que le football féminin est bel et bien vivant et que le Québec a de quoi être fier. En effet, l’une de ses coqueluches, la native de Coaticook, Josée Bélanger, a effectué ses débuts avec le FC Rosengård, de la Damallsvenskan, en Suède. L’attaquante de l’équipe nationale canadienne a fait son entrée dans le match à la 60e minute dans une victoire de 2-1 de son équipe, les deux buts du club de Malmö ayant été marqués par Marta la meilleure joueuse de football du monde. Bélanger a fait son arrivée en Suède, alors qu’il ne reste plus que 8 matchs à disputer au championnat, mais son club disputera en fin de saison, la Ligue des Champions et elles affronteront en ronde des 32 les Finlandaises du PK-35.

Mais Bélanger n’est pas la seule représentante du football féminin québécois à s’être illustrée cette fin de semaine. En effet, les soeurs Catherine et Marie Levasseur ont effectué leurs premiers pas dans la NCAA dans l’uniforme de l’Université de Memphis. Marie Levasseur est l’un des plus beaux espoirs du soccer féminin au Canada, elle s’est illustrée avec l’équipe nationale au Championnat des moins de 17 ans de la CONCACAF en 2013, en marquant 5 buts, elle a répété l’exploit en 2014 à la Coupe du Monde des moins de 17 ans en faisant trembler les cordages à 4 occasions.

  1. Résumé des rumeurs

Manchester United aurait dans sa mire Neymar, le jeune prodige du FC Barcelone et aurait déposé auprès des dirigeants Blaugranas une offre de 190 millions d’euros pour les services du Brésilien. Neymar aurait fait part de son intérêt à l’idée d rejoindre les Red Devils, après les taxes et les frais administratifs, le montant total du transfert pourrait atteindre 325 millions d’euros.       –The Guardian

Chelsea est vraiment intéressé au jeune défenseur britannique d’Everton, John Stones, ils auraient fait une offre de 54 millions d’euros. Si la piste Stones ne fonctionne les Blues pourraient se rabattre sur Ezequiel Garay du Zenit Saint-Pétersbourg tandis que les Toffees regarderaient du côté de Virgil Van Djik, du Celtic Glasgow, afin de remplacer Stones. – The Guardian

Victor Valdès devrait rejoindre dans les prochains jours le club stambouliote de Besiktas – Goal.com

Nicolas Gaitan aurait refusé une offre très lucrative du club saoudien d’Al-Ahli et serait très intéressé à rejoindre Manchester United         . – Sky Sports  

Toutefois, Gaitan pourrait aussi s’engager du côté de la Juventus et même qu’il serait plus près d’une entente avec le club turinois qu’avec Manchester United – A Bola

Alexandre Pato est de retour dans la mire de plusieurs clubs européens, après un retour aux sources avec Sao Paulo, l’attaquant brésilien intéresserait Manchester United, Tottenham et Chelsea –Eurosport

Ezequiel Lavezzi pourrait quitter le Paris Saint-Germain et rejoindre l’Internazionale dans les prochains jours, à condition que le club lombard dépose une offre acceptable par son homologue parisien. – Eurosport

  1. Résumé des transferts

Fabio Coentrao (Real Madrid) vers AS Monaco : Prêt d’un an

Layvin Kurzawa (AS Monaco) vers Paris Saint-Germain : Environ 24 millions d’euros

Fernando Llorente (Juventus) vers Séville : Transfert gratuit

Mario Balotelli (Liverpool FC) vers AC Milan : Prêt payant de 2,25 millions d’euros

Juan Cuadrado (Chelsea) vers Juventus : Prêt payant de 1,5 millions d’euros

Asier Illarramendi (Real Madrid) vers Real Sociedad : 17 millions d’euros

Pedro (FC Barcelone) vers Chelsea : 28,5 millions d’euros

Marko Marin (Chelsea) vers Trabzonspor : Prêt avec option d’achat à 2,5 millions d’euros

Alex Sandro (FC Porto) vers Juventus : 26 millions d’euros

Kevin De Bruyne (Wolfsburg) vers Manchester City : Environ 75 à 80 millions d’euros