David contre deux Goliaths

  \ 

Nul doute que Manchester United a volé la vedette en cette dernière période des transferts, spécialement lors de la journée fatidique, alors que les Red Devils se sont attaché les services d’Anthony Martial pour un stratosphérique montant de 86 millions d’euros. Si l’arrivée de Martial a fait tourner les têtes et surpris tous les observateurs, ce n’est pas nécessairement le meilleur coup d’Ed Woodward et de Louis Van Gaal en cette journée fort importante.

En effet, en fin de journée alors que tous s’attendaient à ce que Manchester United et le Real Madrid mettent fin aux spéculations entourant David De Gea qui s’éternisait depuis la fin mai, la transaction qui aurait envoyé le portier espagnol à la Casa Blanca tombe à l’eau! On se renvoie le blâme de parts et d’autres, le tout-puissant président du Real Madrid Florentino Pérez a accusé la direction mancunienne d’avoir fait capoter l’accord. Du côté britannique on assure que tout a été fait dans l’ordre et que seule l’incompétence des Espagnols à compléter le transfert via le système TMS est à blâmer.

Toutefois, le hasard fait bien les choses pour Manchester United. Alors que leur gardien vedette semblait décidé à quitter l’équipe, si bien qu’il attendait patiemment son transfert à Madrid chez sa copine, l’échec de son transfert a mené le gardien espagnol à signer une prolongation de contrat de 4 ans avec le club.

Malheureusement pour Keylor Navas, au lieu de se retrouver dans un poste premier gardien indélogeable dans un club ayant cédé son meilleur joueur pour ses services, il se retrouve, malgré lui, à devoir chausser les souliers de la légende Iker Casillas tout en ayant Kiko Casilla, fraîchement débarqué, prêt à lui prendre son poste au moindre passage à vide. Parce que si pour l’instant Navas est littéralement étincelant, les standards de performances sont astronomiques à Madrid. On parle tout de même d’un club où «San Iker», qui est le joueur emblématique du Real pour la dernière décennie et l’un des meilleurs gardiens au monde, a été relégué au banc dès le premier signe d’une période creuse qui s’est terminée par son départ à Porto.

Pour tous les acteurs de cette affaire, il s’agit d’un retournement de situation total, la seule question légitime en ces circonstances est : comment se fait-il, qu’un transfert que tout le monde attendait ait pu capoter de la sorte?

La première piste évoquée est celle de l’incompétence d’un niveau rarissime des responsables madrilènes qui, de l’avis de certains journalistes britanniques, auraient pu contacter les autorités de la Liga pour les informer qu’un enregistrement allait être fait tardivement. De plus, selon ces mêmes journalistes le Real n’avait pas à attendre après Manchester United pour entrer le transfert de De Gea dans le programme TMS.

Selon ces mêmes journalistes, les documents ont été envoyés par Manchester United dans un délai très court à cause des négociations qui s’éternisaient avec Keylor Navas ainsi que d’erreurs dans la signature des contrats de la part de De Gea.

Dans le camp du Real, on soutient que Manchester United a mis 8 heures à envoyer les documents au Real Madrid et c’est peut-être là qu’il y a anguille sous roche. Certes les négociations avec Keylor Navas se sont peut-être éternisées, mais force est d’admettre que Manchester United n’en est pas à son premier transfert avec le Real Madrid. Il est vrai que le prêt de Fabio Coentrao avait échoué dans des circonstances similaires, mais David Beckham, Ruud Van Nistelrooy et Angel Di Maria ont tous fait l’objet de transferts réussis entre les deux géants du football.

C’est donc là que surgit une thèse, certes, un peu tirée par les cheveux, mais qui prend ses racines en 2008. À l’époque, Manchester United venait d’atteindre les sommets de la gloire continentale, porté par un Cristiano Ronaldo au sommet de son art qui remportait, au passage, son premier Ballon d’or. Or dans les coulisses, le Real Madrid se faisait de plus en plus insistant dans sa tentative de séduction du célébrissime portugais, ce qui avait fait dire à Sir Alex Ferguson «[qu’il] sortirait la mitrailleuse en janvier» pour s’opposer au recrutement de Ronaldo par les Merengues. Le bouillant écossais avait aussi ajouté qu’«il ne leur [le Real Madrid] vendrait même pas un virus». Malheureusement pour Ferguson, Ramón Calderón et Florentino Pérez ont réussi au profit d’une stratégie agressive à attirer Ronaldo au Bernabéu.

Plusieurs s’entendent pour dire que Manchester United n’a plus été la même équipe depuis le départ de Ronaldo, et ce, malgré des titres de la Premier League en 2011 et 2013.
Arrivé à Old Trafford en 2011 afin de remplacer le «Flying Dutchman», Edwin Van der Sar, De Gea a connu des débuts en demi-teinte. Malgré tout et au fil du temps, De Gea a pris du galon dans le club si bien qu’il a été nommé tant par ses coéquipiers que par les partisans joueur de l’année pour Manchester United en 2014 et en 2015. Les performances de David De Gea sont telles que, pour la première fois depuis l’ère Cristiano Ronaldo, un joueur s’est établi dans l’effectif des Red Devils comme le principal porteur des succès du club.

Tout comme ce fut le cas pour Ronaldo, les succès de De Gea en sol Britannique, ont tôt fait d’attirer l’attention de Florentino Pérez, qui voit en De Gea, le successeur tout désigné d’Iker Casillas. Un jeune gardien madrilène extrêmement talentueux et capable de transporter, seul, son club vers les sommets. À l’instar de ce qu’il avait fait en 2008-2009, Pérez s’est donc mis à courtiser agressivement De Gea, qui ne cachait pas son intérêt à défendre les cages de la Casa Blanca.

Voyant un parallèle presque parfait entre la situation de Ronaldo et celle de De Gea, la thèse selon laquelle Ed Woodward et la direction de Manchester United ont voulu rendre la monnaie de sa pièce à Florentino Pérez est plus que plausible. Après tout, en tenant compte de l’historique de transferts entre les deux clubs, la relation tendue qu’ils entretenaient, la saga entourant le transfert de Crisitano Ronaldo et l’importance titanesque de De Gea pour United, il est légitime de considérer cette thèse de l’honneur vengé afin d’expliquer un tel revirement de situation. D’autant plus qu’à peine quelques jours plus tard De Gea s’engageait pour 4 années supplémentaires sur les rives de l’Irwell.

Bien évidemment, ce n’est que pure spéculation, mais beaucoup d’éléments concordent et il est donc tout à fait crédible d’avancer une telle hypothèse, après tout rarement a-t-on vu un si soudain retournement de situation à 180 degrés. Heureusement, pour Keylor Navas et David De Gea, ils se sont tous deux admirablement bien remis du choc cognitif causé par ce retournement inattendu de leurs destinées.
N’empêche que si l’on suit la thèse de cet article, la partie est égale entre les deux géants du football au point de vue des transferts. Fait intéressant, on pourrait assister au troisième acte de cette rivalité dès cet été, alors que le bruit court que Ronaldo serait tenté par un retour à Old Trafford. On raconte aussi que Louis Van Gaal ne rechignerait pas, au grand plaisir de nombreux partisans, à voir le Portugais fouler de nouveau les terrains de la Premier League, drapé du maillot écarlate des Red Devils.