Réfugiés : Quand la Bundesliga devient un modèle

  \ 

La vague de réfugiés arrivant du Moyen-Orient et d’Afrique ne cesse de prendre de l’ampleur en Europe. La plupart d’entre eux parcourent des milliers de kilomètres par tous les moyens possibles et imaginables pour se rendre en Allemagne, Autriche et les pays Scandinaves, en passant par l’Europe de l’Est et la Turquie.

Le FC Porto fut l’un des premiers clubs de foot en Europe a proposer que chaque équipe participant à la ligue des Champions, donne un Euro pour chaque billet vendu durant la phase de groupe. La réponse ne se fît pas attendre: presque tous les clubs ont répondu positivement à l’appel. Alors que certain pays se font plus discrets sur le dossier, le sport devient encore une plateforme efficace pour rapprocher politique et humanitarisme.

La Bundesliga, l’une des ligues européennes les plus impliquées socialement, a démontré toute son ouverture dès les premiers instants de cette crise. Depuis la fin août, on peut y voir un peu partout dans les stades allemands le très populaire hashtag #refugeeswelcome, et toute sorte de messages de soutien et de solidarité. Au delà de ces démonstrations populaires, tous les clubs ont, d’une manière ou d’une autre, généreusement contribué à l’accueil de ces milliers d’étrangers à la recherche d’un avenir meilleur.

Tous les clubs ont offert des centaines voire des milliers de billets pour le championnat allemand et la Ligue des Champions. D’autres y sont allés de dons substantiels. Le Bayern Munich par exemple, a offert plus d’un million d’euros pour divers projets concernant les réfugiés en plus de leur offrir des cours d’allemand, de la nourriture et des camps d’entraînements de foot pour les plus jeunes.  Dans le cadre du projet  »Angekommen in Dortmund » (Arrivé à Dortmund), 220 migrants ont été invités à assister au match retour des playoffs de la Ligue Europa contre le Odds BK. Un nombre supérieur au total de réfugiés accueillis au Royaume-Uni dans son ensemble depuis le début de la crise. Une bien triste contraste.

Schalke 04 accueille aussi cent réfugiés à chaque match, depuis le début de la saison, en plus d’avoir garni son stade de  »Kumpel-Kiste », des boites permettant aux fans de venir porter des aliments et des vêtements.

Le Bayer Leverkusen, autre grand club allemand, a lancé une campagne pour les enfants réfugiés sous le nom de  »Bayer 04 macht Schule » (Bayer 04 fait l’école) leur permettant de rejoindre les clubs de foot et des écoles. Mainz 05 a donné plus de 50 000 euros lors d’un match  »Spiel der Herzen » (Match du cœur) dont 15 000 euros pour les réfugiés. Le VfL Wolfsburg a aussi offert 2000 billets durant son match de ligue des champions contre le CSKA Moskou alors que Mönchengladbach a invité une trentaine de personnes à faire le voyage avec l’équipe.

L’Eintracht Braunsweig a troqué le logo du sponsor pour celui de Refugees Welcome et le FC Koln aussi changé son logo pour le mot  »Toleranz » (Tolérance).

La générosité et le support que les clubs allemands et la Bundesliga offrent aux réfugiés est exemplaire. Cet élan de générosité n’est pas son premier, mais démontre, encore une fois, que ce circuit prend a cœur les questions socio-politiques. D’autres ligues commencent tranquillement à entreprendre de telles initiatives, mais l’Allemagne ne cesse d’impressionner par ses actions weekend après weekend.  Partisans, joueurs et clubs se sentent très concernés par les histoires de ces gens et souhaitent vraiment offrir une meilleure vie aux réfugiés et migrants d’Afrique et du Moyen-Orient. En espérant que, dans un futur rapproché,  de tels mouvements voient le jour en Amérique du Nord.