Scandale VW: les clubs touchés?

  \ 
wolfsburg-fans-volkswagen
Photo: picture-alliance/dpa

Les mauvaises nouvelles s’enchaînent pour Volkswagen et ses associés, alors que de nouvelles accusations de corruption et de fraude font surface à virtuellement à chaque jour, depuis deux semaines. La survie du géant allemand n’est pas compromise, « la voiture du peuple » ayant généré des revenus de 200 milliards de dollars l’an passé seulement, mais ce lourd dossier soulève beaucoup de questionnements sur les pratiques mise de l’avant par les manufacturiers automobiles, qui ont des répercussions dans toutes les sphères du monde des affaires. LeFooteur se penche aujourd’hui sur les implications sportives de ce scandale.

Volkswagen est l’un des commanditaires principaux de la Bundesliga, tout en étant partenaire avec plus de la moitié des 36 clubs à travers l’Allemagne, en division 1 et 2. Cette implication varie d’un club à un autre, mais aucune entente n’égale celle qui lie le constructeur au club de sa ville d’origine, le VfL Wolfsburg. Cette réalité, qu’on tenait pour acquise, pourrait cependant changer au cours des mois à venir. À la lumière des récents scandales, une diminution, voire une réorientation budgétaire, est attendue.

Martin Winterkon, CEO de Volkswagen depuis 2007, fan invétéré de foot et aussi membre de la direction du VfL Wolfsburg fut le premier a quitter le navire, autant avec Volkswagen qu’avec le club. Winterkorn, qui est aussi membre du conseil du Bayern Munich, gardera toutefois sa position en Bavière. Il était l’un des grands responsables de la monté en puissance du VfL Wolfsburg depuis 2007, en ayant contribué à augmenter le budget sportif disponible, se chiffrant aujourd’hui autour des 100 millions d’euros.

L’accumulation des pénalités monétaires, des pertes boursières et des coûts de réparations signifient une facture très salée à Volkswagen, ouvrant ainsi la porte à une réorientation de son implication au niveau sportif. Le footeur a pu s’entretenir avec un responsable chez Volkswagen, qui nous a assuré  que la remise en question du sponsoring et dee relations avec les clubs n’étaient pas une priorité pour l’instant.

Audi, propriété du groupe Volkswagen, commanditaire important du Bayern Munich et quasi-totalitaire du FC Ingolstadt, est aussi entrée dans la danse des problèmes financiers qui découlent du scandale, étant entre autres soupçonnée d’avoir refilé le logiciel trafiqué à la maison-mère.

Interrogé sur la situation, le directeur sportif du VfL Wolfsburg, Klaus Allofs, ne croit pas que le scandale signifie moins d’argent pour le club : ‘’Le club appartient à 100% au groupe Volkswagen et même si le scandale est énorme, il n’est pas dans l’intérêt de réduire l’engagement au niveau sportif et anvers le VfL Wolfsburg (…) Le club rapporte plus à VW que la somme investie’’.

Estomaqué lors de la sortie de la nouvelle, Allofs demeure tout de même confiant, croyant que, dans cette situation, le VfL Wolfsburg pourrait avoir un rôle spécial. Questionné sur les salaires des joueurs au VfL Wolfsburg et la politique des transferts, Allofs a refusé tout commentaire, se contentant d’affirmer que Volkswagen prendra la situation en main avec confiance et responsabilité.

Il est encore tôt pour prédire les réels impacts de cette affaire sur le football allemand et l’implication financière du constreucteur auprès des clubs et du championnat. Pour le moment la seule certitude que nous ayons, c’est que nous continuerons de voir le logo Volkswagen briller sur les maillots de bon nombre d’équipes allemandes et dans les stades, pour le meilleur et pour le pire.