Le meilleur est à venir

  \ 

impact montreal 2015 2016 mls concacaf

Sentiments mitigés en réalisant ce matin que la belle aventure de 2015 de l’Impact est maintenant chose du passé. 

Une saison rocambolesque, au cours de laquelle ce club nous aura fait passer par toute la gamme des émotions, de l’euphorie en Ligue des Champions, jusqu’aux jours les plus sombres en milieu de saison, alors qu’on semblait se diriger tout droit vers une autre année de misère.

Puis vint la renaissance, la lumière! Tout d’abord sous la forme du plus grand cadeau dont on pouvait collectivement rêver, journalistes, mordus et néophytes confondus, alors que Didier Drogba choisit Montréal pour y poursuivre sa glorieuse carrière. Sa spectaculaire arrivée dans la métropole est d’ailleurs un des plus beaux moments liés au sport qu’on ait eu la chance de vivre depuis très longtemps. Sa tenue sur le terrain a quant à elle été simplement remarquable, malgré les embûches, et nous laisse l’eau à la bouche pour la saison 2016.

Puis, comme une bonne nouvelle arrive rarement seule, l’arrivée de Drogba a coïncidé avec la fin de l’ère Klopas. Une période sombre dans l’histoire du club, malgré ce parcours miraculeux en CONCACAF, ponctuée par une triste rigidité tactique et un manque de doigté impardonnable sur le plan humain.

Mauro Biello a su saisir sa chance, lui qui l’a patiemment attendue durant les cinq années passées à étudier les bons et les moins bons coups de ses prédécesseurs, peaufinant ainsi son style et sa philosophie, avec l’amour du club et de la ville comme fils conducteurs. Bien qu’aujourd’hui Biello porte encore officiellement le statut d’intérimaire, c’est déjà un acquis qu’il est l’homme de la situation pour que le onze montréalais reprenne, la saison prochaine, exactement là où il a laissé.

Sur le plan personnel et professionnel, 2015 aura été incroyablement riche pour moi. Les différents projets sur lesquel j’ai eu le bonheur de travailler m’ont amené de l’Estadio Azteca jusqu’à Kansas City, en passant par le Parc des Princes, pour ne nommer que trois de la bonne dizaine de destinations-foot que j’ai découvertes cette année.

L’opportunité d’évoluer comme analyste aux matchs de l’Impact aux côtés de mon collègue et ami Jeremy Filosa, sur les ondes du 98,5 FM, demeure sans le moindre doute mon plus bel accomplissement au cours de cette période. De pouvoir partager cette passion qui m’habite avec un auditoire aussi large et hétérogène est un privilège unique et surtout un grand honneur. Je tiens d’ailleurs à remercier, en mon nom et celui de Jeremy, tous ceux et celles (et vous êtes nombreux(ses)!) qui avez pris le temps de nous écrire, ou de nous parler dans la rue, depuis notre première retranmission, lors du match-retour de la finale perdue contre Club América, jusqu’à l’élimination de dimanche soir à Columbus, pour nous faire part de votre appréciation. Vous n’avez pas idée à quel point vos bons mots ont été importants pour nous, dans une industrie où les certitudes sont un luxe de plus en plus rare.

Malgré ces deux déceptions, je ne peux que saluer le chemin parcouru par ce club, non seulement en termes de résultats, mais surtout dans le travail en amont pour prendre sa place dans un paysage sportif et médiatique des plus particuliers. Il est aujourd’hui plus clair que jamais que le foot fait partie de l’ADN sportif québécois et que cette place ne fera que se bonifier au cours des années à venir.

Merci encore pour tout chers amis, le meilleur est à venir!