Les hommes de l’ombre dans la lumière

  \ 
tissot impact colorado rapids but
Photo : impactmontreal.com

Peu attendus en début de saison ou soumis à une concurrence dont ils ont eu du mal à se défaire Bekker, Lefevre, Tissot, trois des internationaux canadiens de l’Impact, ont profité de leurs récentes titularisations pour se faire une place plus enviable dans l’effectif.

KYLE BEKKER

Arrivé sur la pointe des pieds dans le cadre d’un échange avec Dallas au cœur de l’été 2015 après le départ assez mouvementé de Bakary Soumaré, Kyle Bekker est en train de réussir son pari à Montréal. Après 9 journées, le petit milieu de terrain a déjà participé à six matchs, donc cinq dans l’uniforme de joueur partant. Ce n’était pourtant pas gagné pour le milieu ontarien.

Placé dans un secteur de jeu où la concurrence est rude, il a su tirer profit des blessures des uns et des méformes des autres pour s’imposer comme un joueur utile à Mauro Biello, un statut qu’il pourrait conserver et ainsi battre son record de matchs en une seule saison. C’est chez «l’ennemi» du Toronto FC qu’il a connu sa saison la plus aboutie avec 20 matchs.

S’il manque un peu de charisme, les expérimentés Bernier, Donadel ou Alexander qui jouent à ses côtés lui permettent de rendre cet aspect moins primordial.

WANDRILLE LEFÈVRE

Éternel remplaçant du début de saison, «Wandoo», homme apprécié dans le vestiaire et dans les gradins du Satde Saputo, a su prendre sa chance quand elle s’est présentée. Titulaire en lieu et place de Victor Cabrera, dont les dernières prestations n’ont pas été à la hauteur de son statut de titulaire indéboulonnable, Lefèvre a connu les joies de deux titularisations d’affilée. Appliqué face à New-York et Colorado, il a cependant manqué d’assurance sur l’ouverture du score new-yorkaise et sur le second but des Rapids. Suffisant pour remettre en cause sa place sur le terrain? Il mérite sans doute plus de deux matchs pour se forger un avis définitif. Il a pour lui un bon sens de l’anticipation, mais quelques relances encore approximatives et une autorité parfois malmenée.

Il demeure cependant sûr dans ses qualités, en plus d’avoir trouvé cette semaine une confiance intéressante pour la suite : «Depuis le début de la saison, je suis prêt. Le coach a des choix difficiles à faire et je suis obligé de les respecter, et ce n’est pas mon rôle de les contester. Maintenant, avec ces deux matchs, c’est sur que j’ai marqué des points. Ma performance face à Colorado a été en deçà de celle fournie contre New-York mais je considère néanmoins avoir été solide».

MAXIM TISSOT

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Confronté à la blessure pour plusieurs semaines de Donny Toia, et d’Hassoun Camara, Mauro Biello a fait confiance à «l’enfant du pays» Maxim Tissot pour occuper le flanc gauche de la défense. Si les prestations défensives du Québécois ont parfois manqué d’Impact – il est un peu juste, comme Lefèvre, sur le but à New-York et sur le premier but de Colorado – il a néanmoins démontré de l’envie et s’est montré décisif offensivement. Sa belle frappe du pied gauche à 20 mètres qui s’est logé dans le filet latéral opposé de Zac MacMath en est le plus bel exemple. S’il veut conserver sa place, ou du moins venir bousculer la hiérarchie, il devra cependant élever son niveau de jeu en défense. Il en a néanmoins le temps avant le retour de ses concurrents.

L’avis de Biello : «Il a marqué un beau but [contre Colorado], mais pouvait aussi faire mieux défensivement sur le premier but encaissé. Il aurait dû être plus proche de son adversaire sur ce but. Il a quand même bien joué. Il a poussé vers l’avant et il a défendu».

Rendez-vous le 7 mai à Columbus pour voir si nos trois hommes ont toujours la confiance du staff!