La longue histoire des attaquants de Montréal

  \ 

 

L’histoire d’amour entre l’Impact de Montréal et ses attaquants n’est pas née avec l’arrivée de Didier Drogba, bien au contraire! Le club de la ville, et ses «ancêtres», le Manic et le Supra ont vu passer plusieurs tortionnaires de défense ! Revue d’effectif – non exhaustive –  des  meilleurs attaquants passé par la Belle Province

Marco Di Vaio

di vaio montreal mls bilan saison 2014 2015
Photo : impactmontreal.com

Premier attaquant vedette de l’ère MLS de l’Impact de Montréal, Marco Di Vaio est parvenu à se faire une place de choix dans le cœur des partisans montréalais. Au-delà de ses 40 buts sous l’uniforme de l’Impact, c’est surtout son aura, son leadership et sa disponibilité qui auront su convaincre les amateurs de ballon rond de la métropole. International italien à 14 reprises, passé par des clubs de très haut niveau comme la Juventus de Turin avec laquelle il est sacré champion d’Italie, Valence ou Monaco, il est avec Alessandro Nesta, celui qui a permis en premier d’attirer l’attention sur l’Impact  au niveau international.

Ali Gerba

ali gerba impact montreal
Photo : Rue Frontenac

Né à Yaoundé au Cameroun et grand voyageur, Ali Gerba n’en demeure pas moins un joueur important de l’histoire de l’Impact de Montréal. Passé par l’Angleterre, l’Allemagne, la Suède, la Norvège et les États-Unis, c’est néanmoins à Montréal qu’il a débuté sa carrière avant d’y revenir afin de la conclure. Il y battra quelques records, notamment le premier triplé marqué pour le club ou le but le plus rapide de l’histoire du club, après seulement 18 secondes contre Rochester en 2010. Didier Drogba sait ce qu’il a désormais à faire!

Mauro Biello

Mauro Biello impact montreal
Photo : Rue Frontenac

Avant d’être l’entraineur-chef de l’équipe professionnelle de l’Impact de Montréal, ou avant cela membre influent du staff technique, Mauro Biello a d’abord été un joueur historique du club, et de la ville de Montréal. C’est au Supra de Montréal, l’ancêtre de l’Impact que la carrière de l’attaquant commence en 1991. Elle s’étirera jusqu’en 2009 sous les couleurs de l’Impact. En dehors d’une année passée à Rochester, toute la carrière  de Mauro Biello se fera dans la métropole québécoise, avec plus de 400 matchs et près de 100 buts marqués. Un enfant du pays comme on en voit désormais bien peu dans le football moderne !

Eduardo Sebrango

eddie sebrangol fc l'assoption plsq
Photo : impactmontreal.com

L’attaquant cubain passé à l’Impact entre 2002 et 2005, puis revenu en 2009 jusqu’à la fin de sa carrière est celui qui aura permis à tout Montréal de rêver à l’échelle continentale, bien avant la folle épopée de 2015. Le 25 février 2009, l’Impact remporte une victoire historique 2-0 en quart-de-finale de la Ligue des Champions de la Concacaf face à Santos Laguna. Sebrango joue un rôle déterminant en marquant. Le fol espoir d’éliminer l’ogre mexicain est réel, mais s’effondre une semaine plus tard lors du match retour, à l’issue d’une défaite 5-2, malgré un nouveau but de Sebrango. Une défaite malheureuse, mais un nom, Sebrango, qui restera néanmoins dans l’histoire du club.

Alex Bunbury

alex bunbury canada impact montreal
Photo : tradingcarddb.com

Un canadien, passé par le Supra de Montréal, star du championnat portugais ! Ce sont les particularités d’Alex Bundury. De 1994 à 2000, l’attaquant né en Guyana a fait les beaux jours du Maritimo Funchal, situé sur l’île de Madère au Portugal, pour lequel il empilera les buts avec une moyenne honorable de douze par saison. Passé par St-Léonard et donc le Supra de Montréal en 1991, il est ainsi l’un des pionniers dans les joueurs canadiens passés par Montréal et qui sont parvenus à s’imposer en Europe.

Thompson Usiyan

Manic montreal Thompson Usiyan
Photo : nasljerseys.com

L’attaquant aujourd’hui âgé de 60 ans n’aura joué que deux ans à Montréal, en 1981 et 1982, mais il aura marqué tous les supporters du Manic. «Quand il touchait le ballon, c’était la folie ! Il était vif et rapide, et c’était le chouchou des partisans » mentionne à son sujet Pasquale Cifarelli, éditeur de Québec Soccer, seul véritable média à couvrir ce sport à cette époque. En clair, il était le Drogba de l’époque!  International nigérian, son histoire avec Montréal avait pourtant mal commencé. Appelé à défendre les couleurs de son pays lors des Jeux Olympiques de 1976, il avait dû affronter le boycott de sa nation pour des raisons politiques. Il s’est ensuite largement rattrapé dans la métropole même s’il a ensuite longuement parcouru les États-Unis durant la suite de sa carrière.

  • Helwani Nose

    Wow, que c’est donc triste quand les enfants ne font pas bien leur recherche ou ne demande pas a leur aines pour de l’info sur les temps prehistoriques.
    Pour commencer, le chouchou des dames, c’etait le beau Bob, Robert Vosmaer….
    Usiyan c’etait un gars qui ‘un jour…’ pourrait… peut-etre,… little flash but less substance..un grand slack avec des longues pattes qui courrait beaucoup mais pas fameux avec ballon. Meme Chris Chueden etait plus adule..

    Mais LA premiere grosse etoile du Manic etait Gordon Hill avec son pied gauche aussi puissant que precis. C’est meme pas proche. Equipe etoiles NASL exterieur et interieur, c’est LUI la grosse vedette du Manic.
    Ne pas nommer Hill est vraiment un crime. Va demander aux ultras originaux du temps c’etait qui le joeur offensif etoile et ils vont rire en entendant Usiyan a la place de Hill.
    C’est comme choisir le fils de Boom Boom Geoffrion a la place de Stephane Richer quand on parlent de vieux hockey.
    J’en reviens tout simplement pas. j’aime Cifarelli mais il doit etre senile maintenant.
    par contre Tony Incollingo, Georgez Shwartz, Francis et Robert Millien et Christian Tortora ne le sont pas et ils connaisent bien cette equipe..

    La deuxieme etoile du Manic quand ils ont echanger Hill a Chicago pour le legendaire Frantz Mathieu etait le yougoslave Dragan Vujovic qui meme avec un gabarit fort etait un magicien du ballon comme on est voit une fois dans sa vie. (j’ai jamais vu jouer Ronaldinho en personne)
    AUCUN joueur de soccer a Montreal na JAMAIS fait les choses avec un ballon quil a fait a Montreal (mangeux sur les bords, un peu paresseux mais quel spectacle) durant les matches.

    Ali Gerba ou Grant Needham? je prendrais Grant. ou meme Lloyd Barker.
    Ali a ete un joeur sans stabilite, il etait ici pendant 5-6matches, puis revenait 1-2ans plus tard pour quelque matches, puis repartait…toujours du va et vient, toujours du drame. J’dirais meme que son dernier tour de piste ou il a bien fait pendant deux moitie de saisons il etait aussi populaire que le ptit Rocco Placentino, surtout avec les jeunes (il etait grand comme un U12). Rocco, c’etait comme Peter Pan avec les jeunes. (je parle pas de talent dans son cas mais bien de popularite)

    Je peux peut etre passer a cote de ne pas avoir entendu parler de Vujovic si on ne l’a jamais vu en personne mais cette liste sans Gordon Alec Hill est un gros F.

    Rester apres le cours et recommencer de nouveau.

    vic

    • Jesse

      Parlant de devoir. Hill est considere comme un milieu de terrain pas un attaquant.