La saison anglaise 2015-16, 5e partie

  \ 

Mai 2015. Chelsea est champion de la Premier League. Leicester City vient d’éviter la relégation grâce à un réveil tardif. Douze mois plus tard, le contraste est frappant. Leicester est champion avec 10 points d’avance sur Arsenal, son plus proche poursuivant. De son côté Chelsea, champion défait, finit au 10e rang. Cette saison qui se termine a été exceptionnelle à tous les points de vue.

Il y a eu de féroces luttes, autant au haut qu’au bas du classement. Il y a eu des surprises et des déceptions. Il n’y a pas à dire, cette année nous avons été choyés. Nous n’avons pas eu droit à la saison typique de EPL, et c’est tant mieux!

Pour faire le bilan de cette saison folle, Mathias Boutin et Ludovick Martin se pencheront, lors des prochains jours, sur dix points qui ont retenu leur attention au cours des douze derniers mois. Voici la cinquième partie de ce dossier, où l’on se promàne aux antipodes du classement de la Premier League, avec deux clubs qui ont atteint des objectifs bien particuliers.

9 – L’incroyable saison de Bournemouth, par Ludovick Martin

La saison 2015-16 de Premier League anglaise a été marquée par des histoires de David contre Goliath. Que ce soit Leicester champion, ou Chelsea qui trébuche, cette trame narrative a été omniprésente partout. Ça a eu pour effet de passer sous silence une des belles histoires de cette saison de Premier League, le maintien de Bournemouth au plus haut niveau.

Bournemouth c’est une ville de 185 000 habitants. C’est un stade de moins de 12000 places. C’est un club a sa première saison au plus haut niveau. C’est un club qui était en quatrième division il y a dix ans. Dans une saison normale, c’est Bournemouth qui joue le rôle de David. (110)

Pour bien comprendre à quel point cette saison est exceptionnelle, il faut remonter dans le temps. Bournemouth a failli disparaître à deux reprises lors des 25 dernières années. Les problèmes financiers étaient récurrents. Aujourd’hui cette situation est réglée et le club a les moyens de ses ambitions.

Il faut dire que Bournemouth est dirigé de main de maître. L’entraîneur Eddie Howe a réussi à faire de ses joueurs une équipe. Face à un nombre de blessés incroyablement élevé, Howe a trouvé le moyen de mettre sur le terrain une équipe compétitive chaque semaine.

À un moment donné, Bournemouth avait de la misère à habiller 18 joueurs pour ses matchs. Les blessures à Max Gradel et à Tyrone Mears en début de saison n’ont pas été simples à gérer, après tout ils venaient tout juste d’arriver au club en renfort. Puis celle à Callum Wilson, l’attaquant vedette du club la saison précédente, était catastrophique. Pourtant Howe a réussi à colmater les brèches. Il a réussi à motiver les joueurs restant à élever leur niveau de jeu d’un cran.

Au final cette petite équipe de Bournemouth nous a donné de nouveaux héros. On doit d’ailleurs pointer du doigt le travail des quatre défenseurs du club, Adam Francis, Steve Cook, Charlie Daniels et Adam Smith. Un seul d’entre eux avait l’expérience de la Premier League, Smith ayant joué 14 matchs avec Tottenham 5 ans auparavant. Sinon on parle de vétérans du Championship qui étaient avec le club depuis quelques années. Ce qu’ils ont fait est exceptionnel.

En une saison, cette petite équipe venant d’une ville qui n’est pas reconnue pour son football a bien grandi. Elle nous a montré que si on fait les choses de façon intelligente, il est possible d’être promu et de survivre en Premier League. Elle a montré que des joueurs qui ont du cœur ont leur place dans cette ligue. Voilà qui est rafraîchissant.

10 – Un club prêt à donner le grand pas, par Mathias Boutin

Il n’y avait rien de certain lorsque les Spurs ont foulé le terrain en début de campagne, devant un White Hart Lane rempli à craquer. Certes, la saison précédente laissait place à l’espoir, mais cet espoir reposait largement sur une variable incertaine : Harry Kane allait-il pouvoir reproduire la saison incroyable qu’il avait connu la saison précédente ?

Non pas qu’il est le seul joueur talentueux de l’équipe, loin de là. Outre un gardien incroyable en Hugo Lloris, le club comptait sur une défensive solide, ancrée par Toby Alderweireld et Jan Verthongen, tous deux sélectionnés par les puissants Belges en vue de l’Euro 2016, et sur un milieu rempli de talent et de créativité, menés par le maestro Christian Eriksen et le trequartista argentin Erik Lamela. Le problème était qu’outre Kane, Tottenham n’avait pas d’autres options testées en pointe. Heung-Min Son et Clinton N’jié étaient les deux seules autres options de Mauricio Pochettino et aucun d’eux n’avaient réellement l’expérience de prendre le relai admettant de mauvaises performances – ou une blessure – du jeune anglais. Harry Kane devait performer. Et heureusement pour les Spurs, il a répondu à l’appel.

L’Anglais de 22 ans a marqué 25 buts, jouant chacun des matchs de son club. Sa détermination et sa capacité à exploiter les failles des défensives adverses ont permis aux Spurs de terminer au 3e rang cette année, tout juste derrière leurs éternels rivaux après une défaite surprenante de 5-1 aux mains de Newcastle dans la dernière fin de semaine d’activité de la PL. Une défaite crève-cœur qui laisse un gout amer à la bouche des partisans du club, qui devraient pourtant célébrer l’excellente saison du club. Outre le classement, la partisanerie des Spurs devrait certainement célébrer la découverte de Dele Alli qui, à 20 ans, a dominé le milieu du club avec 10 buts en 28 départs. Une saison incroyable qui lui aura valu une place dans l’équipe nationale anglaise de Roy Hodgson au côté de ses coéquipiers Harry Kane, Eric Dier, Kyle Walker et Danny Rose.

Difficile d’être plus optimiste à Tottenham, alors que la saison prochaine verra le club participer au plus grand tournoi européen en la Ligue des Champions. Notez également que la campagne 2016-2017 sera la dernière du club au légendaire White Hart Lane, l’équipe déménageant dans leur nouveau stade dernier cri la saison suivante. Armée d’une solide réputation, d’un coffre de guerre impressionnant et d’un entraineur aussi réputé que Pochettino, ne vous étonnez pas si vous voyez un gros nom atterrir à Tottenham cet été.