Larrondo. Le bonheur des uns…

  \ 

EN DÉVELOPPEMENT – La rumeur a commencé à circuler vendredi en après-midi, puis a explosé en début de soirée, enflammant la twittosphère aux pôles du continent américain; Marcelo Larrondo quitterait Rosario Central, en direction Impact de Montréal, alors que le club montréalais aurait déboursé les 1.5 millions U$ que valait sa clause de rescision. 

Samedi matin, le club argentin officialisait le passage du joueur de 27 ans en MLS avec un communiqué qui ne cache pas une grande frustration envers cette situation. Central reproche, entre autres, à Larrondo d’avoir négocié avec l’Impact dans son dos, alors qu’on cherchait à prolonger son contrat et qu’on s’était même rendu jusqu’à lui demander de dicter ses termes salariaux.

Autre grand malaise pour le cub de la ville de Rosario, réside dans le fait que le club a mis son staff médical à la disposition de l’attaquant de 6’3, alors qu’il récupérait d’une opération au genou droit chez-lui, dans la province de Mendoza. Larrondo avait souffert une rupture des ménisques en mars, ce qui l’avait empêché de prendre part à la Copa América Centenario avec le Chili, lui qui a la double-nationalité et avait attiré l’oeil du sélectionneur Juan Antonio Pizzi.

Du côté de l’Impact, on n’a pas encore émis de déclaration concernant Larrondo.

Plusieurs sources argentines mentionnaient également que l’Impact cèderait Larrondo en prêt à River Plate, jusqu’au début de la saison prochaine. Une possibilité qui cadrerait fort bien avec la réalité du onze montréalais, qui obtiendrait dès maintenant un remplaçant au poste qui sera probablement laissé vacant par Didier Drogba en 2017, sans avoir à débourser son salaire jusque-là. Un potentiel coup de maître.

L’agent du joueur, Hernan Berman, a cependant coupé court à cette rumeur, déclarant au quotidien rosarino La Capital, qu’il n’y avait « aucune chance » que son client fasse escale à River avant de débarquer à Montréal. Un sous-dossier à suivre.

Malgré sa récente blessure, l’acquisition de Larrondo est un énorme coup de la part de l’état-major montréalais. À 27 ans, l’attaquant axial connaît les plus beaux moments de sa carrière et était convoité par plusieurs grosses pointures sud-américaines, dont le Sao Paulo FC, qui aurait activement tenté de l’acquérir depuis le début de l’année.

Si, en Argentine, des milliers de fans déçus parlent de traîtrise, à l’autre bout du continent on peut certainement parler d’une très belle opportunité. Reste à voir dans quel état physique et d’esprit l’attaquant format-géant s’amènera et, comme toujours, comment se passera son adaptation à la MLS. En plus de la somme déboursée pour son transfert, on doit s’attendre à ce que Larrondo débarque avec une étiquette de Joueur désigné.

MISE À JOUR – Samedi 9 juillet, 14h30 : 

Malgré le démenti catégorique de l’agent de Larrondo, en Argentine on continue d’affirmer que le joueur se rapproche de River Plate. Certaines sources avancent même qu’il s’agirait d’un prêt de six mois, avec option de rachat. Cette dernière possibilité est des plus intéressantes… À suivre!

MISE À JOUR – Dimanche 10 juillet, 10h00 : 

Bon nombre d’informations en provenance d’Argentine dessinent un panorama pas mal plus complexe que celui d’un simple transfert.

Impliqué depuis le début dans les rumeurs Larrondo, River Plate pourrait en effet avoir contourné la clause de non-transfert de l’ex-Rosario Central avec l’aide de l’Impact qui, en tant que club étranger, était autorisé à négocier avec lui.

Plusieurs sources affirment d’ailleurs que l’attaquant uruguayen Rodrigo Mora était dans la mire de l’Impact depuis un moment et qu’il prendrait la route de Montréal suite à cet Échange de bon procédés » qui, à prime abord, a des airs de triangulation en bonne et dûe forme.

Questionné à ce sujet samedi soir, le président de River, Rodolfo D’Onofrio est resté vague quant aux intentions de son club, mais a tout de même confirmé que l’Impact avait bel et bien mis la main sur Larrondo.

Si ce scénario se concrétisait, l’Impact trouverait en Mora (28) un joueur plus établi et moins à risque sur le plan physique que Larrondo (27), quoique moins imposant en termes de gabarit.

Samedi soir, suite au match contre América de Cali, Mora, qui avait été vendu au Al-Nassr d’Arabie Saoudite l’an dernier, mais qui a fait volte-face à la dernière minute pour rester à River, n’a rien confirmé, mais n’a pas fermé la porte à un départ ;  « J’ai la tête ici [à River], je ne sais pas encore ce qui va arriver ».

Un dossier que je continuerai à suivre de près pour vous!