Que vaut vraiment Maxime Crépeau ?

  \ 
maxime crepeau as roma montreal impact
Photo : impactmontreal.com

Les voix s’élèvent de plus en plus pour demander l’installation de Maxime Crépeau dans les buts montréalais. Cependant, excepté ses entraîneurs et les fans fidèles du FC Montréal, encore peu nombreux, peu sont ceux à l’avoir vraiment vu jouer. Une mise au point s’imposait pour démêler la réalité et le fantasme au sujet du troisième gardien de l’Impact.

Favori des partisans pour garder le but de l’Impact de Montréal, Maxime Crépeau recueille en ce moment beaucoup de suffrages. Si sa prestation face à l’AS Roma au cœur de l’été a marqué les esprits, au même titre que celle de son acolyte du FC Montréal, Ballou Tabla, l’heure de la MLS n’a toujours pas sonné pour le gardien de 22 ans.

Certes, il s’entraîne avec les professionnels, dispose d’un contrat au sein de l’équipe première, mais la patience reste toujours de mise, n’en déplaise aux partisans de l’Impact ou à son entourage, parfois pressé de le voir s’installer en équipe première.

Pour Youssef Daha, l’entraîneur des gardiens de l’Impact qui le suit tous les jours, Maxime Crépeau ne manque pas de qualités, mais doit encore travailler certains aspects dans son jeu pour postuler à une place de titulaire : « Il a un bon jeu au pied, a de bonnes relances, de bons déplacements. C’est un bon organisateur de défense, mais Maxime a encore quelques failles. Il a encore besoin de travail sur les balles aériennes. Il peut également s’améliorer sur la concentration et la lecture du jeu, mais cela va s’arranger avec les matchs » détaille-t-il.

Régulièrement appelé en équipe nationale du Canada, parfois titulaire, le gardien profite surtout de l’équipe USL pour parfaire son jeu et se préparer au jour où il sera appelé à endosser de plus grandes responsabilités. D’ailleurs, en juillet dernier, dans le cadre du Match des Étoiles de la MLS à San José, il a pris part à la deuxième demie du match des espoirs, n’accordant aucun but au combiné U20 du Mexique. « L’USL correspond à ses besoins » précise Youssef Daha, avant d’approfondir : «  C’est son laboratoire. Il y travaille ce qu’il doit travailler, et a plus de temps pour exécuter son jeu au pied, expérimenter ses prises de balles, prendre ses repères. Il pratique avec l’USL, et quand il va monter, ce sera plus facile pour lui. Quand tu le vois jouer avec l’équipe nationale, ou contre la Roma, tu perçois qu’il a travaillé certains aspects de son jeu ».

Si Youssef Daha reconnaît que Maxime Crépeau « a beaucoup avancé et a eu l’opportunité de s’exprimer souvent dans les matchs amicaux et avec l’équipe USL », il rappelle néanmoins que le fait de grimper dans la hiérarchie et de s’installer dans la peau d’un numéro deux ne serait pas une bonne affaire pour le moment. « Il vaut mieux qu’il joue, même en USL, plutôt que d’être sur le banc. Je préfère qu’il soit le troisième gardien, mais aussi le numéro 1 en USL. Il suit ainsi son développement et peut mettre en pratique en match ce qu’il travaille durant la semaine » argumente-t-il.

Alors que la question de sa promotion en tant que numéro 1 apparaît de plus en plus, Daha joue plutôt la prudence à ce sujet mais laisse la porte entre-ouverte : « Est-ce qu’il mérite de jouer ? Oui… mais il joue quand même ! Il joue tout le temps. Pour l’instant, tout le staff est satisfait de son travail. Il sait que le poste de gardien, c’est un fauteuil pour trois. Il sait aussi depuis le début quel est son rôle et quels sont ses objectifs. Alors, il est certes impatient, mais je ne pense pas qu’il soit frustré. Il faut simplement patienter un peu, mais son temps va venir. » Quand ? La question reste pour le moment en suspens, mais les prestations en demi-teinte d’Evan Bush et la confiance limitée accordée à Eric Kronberg pourraient accélérer le processus. Maxime Crépeau est en tous les cas sur le bon chemin.

  • Hic Nuntio

    I would definitely be a good direction to take, Bush is passing through some VERY rough moment, and he should take a brake from the « pressure cooker ».

  • dany .

    les 3 points mentionnés par Dahha, nous les retrouvons dans de sévères proportion auprès du partant habituel, au point ou il accorde près d’un mauvais but par match lié a ces lacunes.

    Crépeau lui, n’a pas démontré ces lacunes bien bien souvent…

    Je me permet de questionner la pertinence d’une chasse gardé au foot. Est-ce réellement nécessaire de donner 100% des matchs à un seul gardien ?Ne serait-ce pas plus optimal de faire un 60/40 ? Les gardiens ont des haut et bas physique, émotionnel et techniques, comme chacun. Et il ne s’agit pas de quart arrière.