Ligue 1 : Un surprenant début de saison

  \ 
dante-ogc-nice-ligue-1-2016-2017
Photo : ogcnice.com

Force est de constater que plusieurs de mes prédictions pour cette nouvelle saison de ligue 1 s’avèrent faussée par un début de saison aussi surprenant qu’excitant. D’un côté, les déboires du PSG, qui permettent de voir se développer au sein du championnat une parité inédite depuis l’arrivée des investisseurs Qataris dans la ville lumière, et de l’autre, la formidable tenue d’équipes que personne n’attendait en tête de classement suggèrent une des saisons les plus enivrantes de l’histoire récente du championnat français.

Un PSG qui peine à trouver ses marques sous Emery

Il s’agirait d’un euphémisme que d’utiliser le terme « décevant » pour décrire le début de campagne du club parisien. Enchainant les performances peu convaincantes depuis l’entrée en poste d’Unaï Emery, le club phare de la ligue 1 propose un football peu inspiré qui laisse ses supporteurs sur leur faim. Malgré une victoire expéditive de 6-0 face à Caen lors de la cinquième journée, lors de laquelle Edinson Cavani réalise un quadruplé qui aurait dû le relancer, le PSG continue de multiplier les mauvais résultats. Victime de revers cinglants face à Monaco et Toulouse, respectivement en troisième et septième journées, la troupe du manager espagnol échappe également de précieux points suite à de fades performances; notamment face à une équipe de St-Étienne qui égalise dans le temps additionnel au Parc des princes lors de la quatrième journée.

Alors que le maestro espagnol était attendu au Parc des Princes comme celui qui pourrait concrétiser le statut de puissance internationale du club, l’arsenal tactique qu’il espérait importer en championnat français ne donne définitivement pas les résultats escomptés. Il était d’emblée évident qu’il ne serait pas chose aisée de remplacer une star comme Zlatan, mais le déploiement d’Edinson Cavani en pointe s’avère beaucoup plus compliqué que prévu. Multipliant les déchets techniques et bousillant un nombre incalculable d’opportunités, les performances de l’uruguayen ont de quoi donner des mots de tête à son entraineur. Par ailleurs, l’évidente mésentente entre Emery et Hatem Ben Arfa semble tout aussi problématique. Utilisé dans un rôle de second attaquant, derrière Cavani, l’international français déçoit également énormément. Notamment critiqué par Thomas Meunier pour son manque d’engagement à l’entrainement et retiré de l’effectif par Emery lors des trois derniers matchs de l’équipe, Ben Arfa n’aura pas produit l’effet escompté par un transfert qui aurait du consolider son statut de pilier au sein de l’équipe.

Ironiquement, l’une des performances les plus convaincantes du PSG reste celle du match de ligue des champions face à Arsenal. Malgré le résultat, un match nul extirpé par les londoniens lors des dernières minutes de la seconde période, l’équipe parisienne a dominé son adversaire avec un jeu de possession impressionnant. Lors de cette rencontre, Emery a choisi de déployer une formation en 4-4-3 qui rappelle inévitablement l’ère Laurent Blanc. On pouvait d’ailleurs entendre les supporteurs, dans les coulisses du Parc des Princes, scander en chœur « Bring back Blanc! »; signe de l’insatisfaction grandissante au sein d’un des publics les plus exigeants de Ligue 1.

Et comme un malheur ne vient jamais seul, une autre tuile tombe sur la tête des dirigeants du PSG : la condamnation à 2 mois de prison ferme de Serge Aurier pour violence contre dépositaire de l’autorité publique. Pilier de l’effectif parisien depuis le début de la saison, les performances de l’ivoirien constituaient l’un des seuls points positifs en ce début de saison trouble dans la capitale française.

Une parité inédite.

Après 7 journées de l’exercice 2016-2017, le tableau des leaders du championnat hexagonal déjoue les attentes de tous les observateurs. Seulement 5 points départagent la première de la septième place et les clubs qui y figurent se sont pas ceux auxquels on aurait pu s’attendre. Le début de saison difficile du PSG et de l’Olympique Lyonnais, deux grands favoris en début de saison, laisse présager une parité particulièrement intéressante.

L’OGC Nice a le vent dans les voiles. Notamment auteurs d’une impressionnante victoire de 4-0 face à l’AS Monaco lors de la sixième journée et d’une remontée spectaculaire devant un Olympique de Marseille en difficulté, l’effectif Niçois défie toutes prédictions et s’établit comme l’une des puissance de Ligue 1 en ce début de saison. Réalisant un coup d’éclat en s’octroyant les services de Mario Balotelli lors des derniers instants du Mercato, le club de la Côte d’Azur semble avoir gagné son pari. Auteur de 4 buts, dont un doublé lors de son premier match, l’italien offre une solution intéressante au départ d’Hatem Ben Arfa, cadre de l’équipe la saison dernière. Parfois sans grande brillance, le club joue un football efficace et semble en voie d’entretenir cette dynamique en enchainant les bons résultats.

Moins surprenant, on retrouve l’AS Monaco en deuxième place du championnat. Habitué de la lutte pour le podium, le club monégasque rempli les attentes et propose un jeu tout aussi efficace. Malgré la correction subie face à son voisin Niçois plus tôt cette semaine, l’ASM a été en mesure de rebondir avec une victoire de 2-1 contre Angers. Malgré la blessure à Radamel Falcao, l’attaque du club ne semble pas trop souffrir, notamment en raison de l’arrivée de Joao Moutinho et du retour de prêt de Valère Germain.

La présence du Toulouse FC sur la dernière marche du podium de Ligue 1 constitue sans contredit la grande surprise de ce début de saison. Inspiré par l’enthousiasme contagieux de son nouveau manager Pascal Dupraz, architecte d’un sauvetage in extremis pour éviter la relégation l’an dernier, le Téfécé reprend exactement où il a laissé. Vainqueur successivement de Guingamp, Lille et Paris, lors des trois dernières semaines, parions que la dernière saison particulièrement difficile de l’effectif Toulousain sera pardonnée par ses supporteurs. Bien qu’il soit difficile de résister à l’engouement suscité par les succès d’un club que personne n’attendait en tête du championnat, il reste des doutes quant à l’avenir. Pourrons-ils entretenir cette dynamique victorieuse ? Les prochains matchs face à Caen, Monaco et Angers constitueront un test de taille pour le Toulouse FC.

À suivre…