Ligue 1 : Retour sur une saison rafraîchissante.

  \ 

Alors que tout laissait présager une autre saison caractérisée par une domination sans partage du Paris Saint-Germain, l’exercice 2016-2017 de Ligue 1 aura été autrement plus intéressant. Des excellentes prestations de clubs tels que Monaco, Nice et Lyon aux changements importants entrainés par l’arrivée de nouveaux propriétaires à Marseille et à l’émergence de jeunes superstars formées en France, le spectacle qui nous a été donné de voir dans le championnat hexagonal est de bonne augure pour les années à venir. Au crépuscule d’une saison âprement disputée, un état des lieux s’impose.

L’AS Monaco champion, saison décevante pour le PSG.

Forts d’une saison exceptionnelle, notamment ponctuée d’un formidable parcours en ligue des champions qui a mené le club jusqu’en demi-finale pour noblement baisser pavillon face à une Juve des grands jours, les monégasques remportent un premier titre de Ligue 1 depuis 2000. Alors que les attentes étaient déjà élevées en début de saison, la combinaison de l’éclosion de jeunes joueurs tels que Kylian Mbappé, Tiemoué Bakayoko et Thomas Lemar ainsi que les performances magistrales de Fabinho, Bernardo Silva et Radamel Falcao ont propulsé l’attaque monégasque au sommet du championnat. Tablant également sur une défensive solide, portée par un Kamil Glik en pleine possession de ses moyens et soutenu par des latéraux en phase de devenir des piliers de l’équipe de France (Sidibé et Mendy), la jeune formation aura offert certaines des performances les plus enivrantes sur le continent européen cette année. Seule fausse note, la défaite de 4-1 subie en finale de la coupe de la ligue face à un PSG conquérant qui récupère son seul trophée de la saison.

Du coté de la capitale, c’est évidemment avec un gout amère que se termine la saison 2016-2017. Malgré une coupe de la ligue en poche, les résultats sont loin de remplir les attentes. Alors que l’arrivée d’Unai Emery devait permettre au club de la ville lumière de passer à la vitesse supérieure et espérer pouvoir accéder à la finale de la ligue des champions. La réalité fût toute autre. Alors que sa deuxième place au championnat sera vécue comme un échec évident pour Emery, l’hécatombe du Camp Nou restera longtemps gravée dans la mémoire des supporteurs. En effet, l’improbable remontada du Barca face à un PSG sublime au match aller laissera des marques sur le passage de l’espagnol à la barre de l’équipe et porteront ombrage sur la fabuleuse saison d’Edinson Cavani, deuxième meilleur buteur d’Europe. Une saison à oublier pour les parisiens.

Soulignons également la présence de l’OGC Nice sur la dernière marche du podium, sa meilleure performance depuis 1976, lui permettant ainsi d’accéder à la ligue des champions. Ayant seulement disposé du 10e budget de Ligue 1 pour son mercato estival, les pensionnaires de l’Allianz Riviera ont joué gros en recrutant l’imprévisible Mario Balotelli. Combiné au brio de Jean Michaël Seri, l’une des grandes révélations de l’année dans le championnat français, le risque pris par le club aura rapporté ses dividendes. Après une première moitié de saison quasi-parfaite (une seule défaite en 19 matchs), l’OCG Nice s’est toutefois essoufflé lors de la deuxième partie la campagne. Avec l’absence de Seri, parti représenter la Côte d’Ivoire à la coupe d’Afrique des nations, le club n’a pu maintenir le niveau. Néanmoins, cette 3e place constitue un excellent résultat.

L’OL exclu du podium, l’OM de retour en Europe.

Finissant l’exercice en 4e position, la déception est palpable à l’Olympique de Lyon. Alors qu’ils avaient réussi à arracher la deuxième place à Monaco l’an dernier, les Gones se retrouvent à 28 points (oui, vous avez bien lu!) des monégasques cette année. Malgré une bonne saison sur le plan offensif avec 77 but marqués, dont 28 par Alexandre Lacazette, Bruno Genesio ne semble pas avoir su mettre en place une stratégie gagnante pour palier au départ de Samuel Umtiti, pilier de la défense de l’année dernière. Notons les performances décevantes de Maxwell Cornet et Rachid Ghezzal, attendus comme principaux éléments susceptibles de soutenir les performances offensives de Lacazette ainsi que des recrues Nkoulou, Mammana et Rybus qui n’ont pas répondu aux attentes. Face au départ éminent de leur prolifique buteur, l’OL aura certainement un mercato estival agité.

Mis en danger par un but sur hors-jeu accordé dans les premières minutes de sa confrontation avec Bordeaux lors de la 37e journée, l’Olympique de Marseille se devait de remporter son dernier match pour s’assurer la 5e et dernière place disponible pour les compétitions européennes. Grâce au vingtième but de Bafé Gomis, qui réalise sa meilleure saison en carrière, l’OM prend la disposition de Bastia et s’assure ainsi une place pour le troisième tour préliminaire de la ligue Europa. Après une traversée du désert pendant les dernières années l’ère Dreyfus et une dernière campagne désastreuse qui avait vu le club se rapprocher dangereusement de la relégation, l’espoir renait sur la Canebière. Les performances encourageantes des recrues Payet et Sanson, des prêtés Thauvin (Newcastle) et Gomis (Swansea) et de jeunes formés au club tels que Maxime Lopez laissent présager le réveil du géant endormi. Avec le désir affiché des nouveaux dirigeants de l’équipe d’investir des sommes importantes lors du mercato, l’OM semble en bonne position pour redevenir l’un des cadors de Ligue 1.

Caen assure son maintien in extremis.

L’excitation de cette saison de L1 se sera fait sentir jusqu’au bas de classement. Effectivement, depuis l’avènement des victoires à 3 points en 1994, jamais une dernière journée n’aura été aussi déterminante pour les équipes jouant le maintien. Effectivement 5 clubs se trouvaient dans une position de possible relégation à l’entame de leurs derniers matchs respectifs.

C’est finalement le Stade Malherbe Caen qui s’en tire le mieux en soutirant un improbable match nul de 1-1 au PSG sur la pelouse du parc des Princes grâce a un but dans le temps additionnel qui lui permet de rester en L1. Avec son match nul face à Toulouse, Dijon se maintien également en L1. En première place relégable, Lorient peut encore espérer. En effet, le club breton devra disputer un match de barrage face à l’ESTAC (Troyes) pour espérer conserver sans place dans l’élite du football français. Fermant la marche, Bastia et Nancy devront se résigner à une relégation vers la Ligue 2.

Un mercato qui s’annonce chaud.

Avec l’émergence  de nouvelles puissances capables de rivaliser avec le PSG et les bons résultats des équipes françaises lors des compétitions européennes qui font bondir l’indice UEFA de la France, le mercato estival sera certainement riche en rebondissements. Alors que certains clubs chercheront certainement du renfort de haut niveau, d’autres s’affaireront à conserver les jeunes talents dont ils disposent. Dans les prochains jours, je vous proposerai donc un tour d’horizon des projets estivaux des 5 premières équipes du championnat français, soit Monaco, Paris, Nice, Lyon et Marseille.

À suivre…